La saison 2012-2013 a vraiment marqué le début de l’ère QSI et l’équipe a vite trouvé son rythme de croisière. Carlo Ancelotti est devenu l’entraîneur pour encadrer la pléiade de stars que le PSG a recruté à l’intersaison.

Franchement, j’ai vu l’équipe growth? monter en puissance. Déjà, dans les tribunes, l’ambiance a changé et j’ai senti que tout le monde poussait à fond derrière l’équipe, dès le début du championnat.

On était comme des fous. Y avait du bleu et rouge partout dans les starters tribunes, on chantait, on dansait et on mettait une pression pas possible sur les autres équipes qui venaient jouer à Paris.

Alors je ne vous dis pas quand j’ai vu David Beckham débarquer en janvier 2013. Ouawwww le coup de cheap nfl jerseys pub génial pour Paris. Ce mec a fait du bien au club pendant les 6 mois qu’il a passé avec nous.

Quand je pense wholesale jerseys qu’on arrive en ¼ de finale de la ligue des Champions et qu’on est éliminé par Barcelone, sans perdre. Qui pouvait imaginer un truc pareil deux ans plus tôt ?

Et le titre de champion, ça faisait 19 ans que le club et les supporters attendaient ça.

J’avais 5 ans ! Marrez-vous, je sais, à Paris on ne fait rien comme les autres.

L’an dernier, pareil, j’ai vu débarquer Marquinos et Cavani. Ancelotti est parti mais Laurent Blanc a débarqué.

N’empêche, on devient vite gourmand et on est tous comme des dingues quand on entend et voit les stars débarquer les unes après les autres.

Comme dans un rêve, on a tellement attendu. Et là, badaboum, les titres tombent.

J’étais trop content quand on a enchaîné un second titre de champion de France. En plus on a empoché la coupe de la Ligue.

J’ai juste une boule basketball au ventre quand je pense à la cheap jerseys Ligue des Champions. Quand je vois qu’on cartonne Chelsea à la maison et qu’on perd là bas et qu’on se fait sortir encore en ¼ alors qu’on méritait wholesale jerseys à fond de passer, j’étais dégoûté. Mais bon, on a appris de cette défaite, c’est clair et net.

(Visited 95 times, 1 visits today)